Navigation
Menu de navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Des risbermes dans la Dyle

Des risbermes dans la Dyle

error while rendering document-generation-link
Pour renforcer la biodiversité en traversée d’agglomération.

Activité peu ordinaire, le 11 août au petit matin, rue du Monument (Ottignies). Les travailleurs de la Cellule de Coordination du Contrat de Rivière Dyle-Gette (CRDG) ont installé six frayères végétalisées – de 2m de long et 25cm de diamètre – le long de la berge bétonnée de la Dyle, à proximité de la pharmacie Schleich et du glacier Carette.

« Il s’agit d’un mur vertical et lisse, comme il y en a souvent le long des cours d’eau qui traversent les villes », constate Jérémie Guyon, du CRDG. « Ces murs ne laissent malheureusement pas ou peu de possibilité(s) aux poissons de se cacher, se nourrir et se reproduire. »

Pour que les centres-villes redeviennent accueillants pour les poissons, le Fonds piscicole et halieutique de Wallonie, la Fédération piscicole et halieutique du sous bassin Dyle-Gette, la Maison wallonne de la pêche et le CRDG ont mis sur pied ce projet d’installation de frayères végétalisées dans les cours d’eau du bassin Dyle-Gette. Avec l’aide de six communes du Brabant wallon, dont la nôtre (1000€ chacune).

« Les six boudins en fibres de Xylit (« risbermes ») seront placés les uns derrière les autres, sur 12 mètres de long. Ils seront solidement fixés au mur, avec de grandes agrafes. Ils ne devraient pas bouger, quel que soit le débit de l’eau. »

Les boudins ont été inséminés de plantes indigènes il y a quelques mois, et placés dans des bassins, en attendant leur installation « in situ ». Les plantes se sont développées dans l’eau, formant déjà de belles racines.

« Les végétaux serviront de caches pour les alevins, de supports de ponte… Les invertébrés se développeront dans les racines, la végétation, le boudin… Les Aselles agiront comme détritivores en se nourrissant de débris de matière organique, et serviront de nourriture ensuite, c’est le cycle de la vie. »

Jérémie Guyon évoque aussi la capacité épuratrice de la fibre de Xylit : elle fixe l’azote et le phosphore. Tout bénéfice, donc, pour la rivière et ses occupants.

« La seule inconnue, ce sont les rats musqués. Eux aussi pourraient se nourrir des végétaux. Mais normalement, c’est parti pour 30 ans sans nécessiter d’entretien. »

L’opération de fixation a duré un peu plus d’une heure, avec l’aide de Frank Fichefet, cordiste de la société Voltigo de Evrehailles, habitué à placer des paniers végétalisés dans les cours d’eau pour la Maison de la pêche, partout en Wallonie.

L’échevin de l’Environnement Philippe Delvaux a suivi le déroulement de l’opération, ravi de ce projet destiné à renforcer la biodiversité en traversée d’agglomération.

« Il y a de la vie même dans un cours d’eau qui traverse une ville ! Ce pour quoi il ne faut rien y jeter, même pas des déchets verts qu’on pense biodégradables. Il y a d’autres lieux pour cela ! »

Nettoyage de la Dyle

L’ASBL Aer Aqua Terra de Grez-Doiceau encadrera neuf journées de nettoyage de la Dyle à Ottignies, début octobre (du 2 au 6 et du 10 au 13), de 9h30 à 16h, entre le pont du Douaire et la police. Votre aide sera précieuse !

Inscrivez-vous via le lien suivant : https://doodle.com/poll/iw8yey59sq3rxmrz?utm_source=poll&utm_medium=link

Aer Aqua Terra fournira les waders (salopettes imperméables) et gants de rivière : mentionnez votre pointure/taille lors de votre inscription.

(MCD - 12/08/22)

 

Actions sur le document