Navigation
Menu de navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / « On en voit le bout ! »

« On en voit le bout ! »

error while rendering document-generation-link
Nos ouvriers communaux ont travaillé sans relâche, au moment des inondations et après, pour évacuer les déchets accumulés sur les trottoirs et nettoyer les voiries couvertes de boue. Le 27 juillet, ils terminaient de charger les derniers dépôts (rues du Monument, du Moulin…) et s’activaient sur le parking de la rue du Monument, pour effacer les traces de la catastrophe.

 

Ils en garderont des souvenirs terribles.

« Ce que ça a été ?! Le b…, la cata, la misère », s’exclame Philippe Snel, ouvrier de l’équipe voirie de Louvain-la-Neuve venu prêter main forte à ses collègues d’Ottignies, dès que la Dyle a menacé de sortir de son lit. « En 23 ans de commune, je n’ai jamais vu ça. L’eau est arrivée avec une vitesse incroyable. En deux heures de temps, il y avait 2 mètres dans la rue du Monument. On en avait jusqu’à la taille, il fallait s’accrocher pour ne pas être emporté par le courant. Des arbres traversaient, des pneus, des bonbonnes de gaz, des frigos, des poubelles qui nous arrivaient dessus. On a failli belle ! »

Philippe a été choqué. « Une dame appelait au secours pour qu’on l’évacue, mais on ne pouvait rien faire, on était impuissants. Des gens pleuraient… » Pendant une semaine, il a mis toutes ses forces dans la bataille, comme ses collègues. Beaucoup ont travaillé jusque dans la nuit, et le 21 juillet, pour accélérer les opérations de déblayage et nettoyage, afin d’éviter les odeurs et les rats. Car après la pluie, il a fait très chaud.

Sur le parking, rue du Monument

Nous les avons rencontrés le 27 juillet, occupés à nettoyer - avec balayeuse, débrousailleuses, souffleurs… - le parking de la rue du Monument encore couvert de boue.

« Il y a beaucoup de poussière et des cailloux », remarque José Charlier. « Il faut aussi faire la police vis à vis des automobilistes qui veulent à tout prix stationner sur le parking ! »

Souffleur à la main, Jérôme Londot s’interrompt pour nous raconter comment il a été appelé, dès le 15 juillet, d’abord pour poser de la signalisation afin d’interdire certains accès, à Mousty, puis pour distribuer des sacs de sable aux riverains de la rue du monument, du boulevard Martin, des environs de La Palestre à Limelette…

« On a distribué des sacs jusqu’au moment où il n’était plus possible de passer. Il y a eu une vraie solidarité entre les habitants et les ouvriers. Les riverains étaient reconnaissants et nous remerciaient, même s’ils voyaient bien qu’il était trop tard pour leur habitation. On a travaillé jusque 23h15 ce soir-là. »

Didier Englebert a commencé à travailler seul, sur le parking, il y a deux jours. Mais comment arriver au bout de la tâche, avec une pelle et une brosse ! Il a vu arriver la balayeuse avec soulagement : huit emplacements nettoyés en un quart d’heure.

Anas Naji est hyper motivé. Ottintois, il apprécie que sa commune soit propre, pour les habitants, mais aussi pour les extérieurs qui viennent en visite. « Le parking est très sale, mais en équipe, ça va aller vite ! »

Rue du Moulin, avenue des Combattants

Un peu plus loin, rue du Moulin, Philippe Goies et Raphaël Miller étaient occupés à charger des appareils électroménagers, à l’aide d’un camion-grappin. Ceux-ci seront temporairement stockés sur un espace mis à mis à disposition par le Service Public de Wallonie (SPW), à côté de notre service Travaux.

« Nous en sommes déjà à notre 2e camion. Il s’agit essentiellement de frigos. Nous venons aussi de charger un séchoir. »

Raphaël constate que ces appareils ne sont heureusement pas trop lourds, contrairement aux meubles et matelas encore imbibés d’eau.

Philippe ajoute que les opérations sont compliquées parce qu’elles se déroulent dans la circulation. Le camion empiète sur la voirie, doit parfois stationner en double file, ce qui gêne les automobilistes. Il n’y a pas le choix !

A l’avenue des Combattants, Alain Heuygen et Philippe Brockmans - aidés par Pascal Collet, pour régler la circulation - terminaient de charger un dépôt constitué de déchets divers, qui seront conduits au centre de tri de l’inBW à Mont-Saint-Guibert.

« Certains riverains ont trié leurs déchets, d’autres non. Ce qui nous a valu quelques surprises, comme des pots de peinture qui explosent lorsqu’on les saisit avec le grappin ! », raconte Philippe. « Nous venons de mettre une friteuse de côté, remplie d’huile. Si les gens ne le font pas, c’est nous qui devons faire le tri. »

La population peut être fière du travail effectué par les ouvriers. « Les habitants nous remercient, certains nous ont offert à boire… on a connu une belle entraide. Nous serons contents de reprendre notre travail habituel, sur la voirie. »

Sur rendez-vous

Désormais, l’enlèvement des déchets se fait uniquement sur rendez-vous : aW5vbmRhdGlvbnNAb2xsbi5iZQ== ou 010/ 43 62 00

Attention : le ramassage concerne uniquement les biens détruits suite aux inondations du 15 juillet. N’en profitez pas pour vider votre grenier, les biens ne sont pas emportés.

Ne sortez vos biens détruits qu’à la date convenue avec nos services.

Les déchets verts doivent être déposés par vos soins dans un recyparc.

(MCD - 27/07/21)

Actions sur le document